Faire évoluer son interprétation du monde

« Une carte n’est pas le territoire qu’elle représente » a dit un jour le philosophe Alfred Korzybski.

Et pour cause, chaque personne se construit sa propre perception du monde qui l’entoure, sa propre carte, à travers :
– ses yeux et ses oreilles
– sa vérité (ses croyances et ses besoins)
– sa carte du monde (son conditionnement éducatif et culturel).

Cela signifie que la vérité est subjective et qu’elle change en fonction de l’interprétation de chaque individu. De ce fait, « avoir raison » ne veut rien dire, car cela peut tout à fait être vrai pour vous mais pas pour quelqu’un d’autre. Et il n’y a pas de mal à ça !

Mais cela veut dire aussi que nous sommes capable de nous persuader de certaines choses et d’entretenir une vision d’une monde un peu négative, voir fermée. On appelle ça avoir des croyances limitantes.

Comprendre que notre vie est à l’image de notre propre carte du monde, c’est déjà s’autoriser que tout puisse être différent.

Les croyances limitantes peuvent nous priver du bonheur et altérer notre ouverture au monde et notre analyse. C’est un cercle vicieux : « ce que je crois, je finis par le créer ». Ex : je crois que je n’y arriverai pas –> j’y pense tout le temps –> je n’agis pas –> je n’ai rien fait –> du coup je n’y suis pas arrivé !

Heureusement, il est possible d’inverser ce cercle vicieux pour qu’il devienne vertueux. Ce qui marche dans un sens, marche toujours dans l’autre aussi ! Ex : je crois que je peux y arriver –> j’y pense vraiment –> j’agis –> je l’ai fait –> du coup j’y suis arrivé !

Bien souvent il n’y a pas de fatalité, seulement une perception du monde bien enracinée. Pour changer un état d’esprit négatif, 3 choses peuvent être réalisées :
– éviter de tout généraliser : « Je n’y arrive jamais », « Personne ne m’aime »…
– éviter d’omettre ce que VOUS ressentez : « C’est sa faute », « Ca ne se dit pas »…
– éviter de surinterpréter : « Je sais que ça t’énerve », « Il n’aime pas ce genre de chose »…

Mais la chose la plus importante selon moi reste de s’ouvrir au monde et d’échanger avec les autres !

À travers l’échange, nos cartes du monde se mélangent et une nouvelle vérité peut naître, une vérité plus en harmonie avec notre structure profonde. Au de-là des croyances, de l’éducation et de la culture.

De là naît l’évolution ! Une nouvelle carte du monde, réajustée en fonction des expériences, des connaissances et des rencontres 🙂

Êtes-vous prêt(e)s à reconnaître vos croyances et à vous aventurer au de-là ?

Empathie ou projection ?

« Être empathique, c’est entendre les émotions des autres résonner en nous, sentir intuitivement quels sont ses sentiments, leur intensité et leur cause. »

L’empathie, ça a toujours sonné comme une grande valeur pour moi ! Je crois très fort que c’est une qualité importante à avoir dans ce monde, ou tout du moins dans le mien 😊 Chacun de nous évolue en tentant d’être en phase avec ses valeurs. Pour moi celle-ci est importante et me cause parfois du fil à retordre 😉

Par empathie, on désigne aujourd’hui la capacité à se mettre à la place de l’autre pour comprendre ce qu’il éprouve. C’est un sentiment que tout humain peut éprouver dès le plus jeune âge. Les bébés peuvent par exemple souffrir par empathie pour leurs parents avant même d’avoir conscience qu’ils existent indépendamment d’eux.

Mais l’empathie, ce n’est pas une notion si facile que ça à comprendre. Suis-je capable de savoir quand je suis empathique ou quand c’est autre chose ? Est-ce que dans cette situation je suis empathique, est-ce que je me projette ou est-ce que je fais simplement preuve de sympathie ?

Vous allez me dire : mais est-ce que c’est vraiment important de le savoir ?

Eh bien ça dépend ! D’abord s’observer à toujours du bon pour ceux qui cherchent à mieux se connaître. Et puis cela peut avoir un intérêt si, pour vous, être là pour les autres est important mais que votre perception est biaisée par certains mécanismes. Du coup, si l’un de ces deux cas vous concerne, pourquoi pas lire la suite 😉

Les spécialistes semblent tous d’accord : une bonne empathie permet à l’autre de se sentir accepté. En effet, en comprenant de l’intérieur ce que vit l’autre, ce qu’il éprouve et de quelle manière il voit et sent les choses, on peu l’aider à se sentir mieux. Cela vient tout simplement du fait que l’empathie par définition est contraire au jugement et à l’interprétation.

Alors c’est certain, si nous sommes capables de nous représenter les émotions des autres, c’est forcément parce que nous avons nous-mêmes eu notre lot d’émotions similaires. Difficile de ressentir la tristesse de quelqu’un si l’on a jamais été triste (mais qui ne l’a jamais été ?) !

MAIS, empathie n’est pas projection…

L’empathie ce n’est pas une confusion entre l’autre et soi. Elle implique la conscience d’être deux individus bien distincts et une vraie intention de vouloir comprendre l’autre et non de se voir en lui. Avoir de l’empathie pour quelqu’un c’est le laisser être lui-même, avoir la capacité de l’écouter et de comprendre ses ressentis sans y projeter une part de soi (et ce n’est pas si facile).

Nous avons tous tendance à projeter les intentions, les sentiments que nous aurions nous-mêmes dans une situation équivalente. Particulièrement lorsque ce que vit l’autre nous inquiéterait ou, au contraire, nous réjouirait si l’on était à sa place. Nous pouvons alors facilement perdre toute objectivité.

La projection, c’est un peu le piège à l’empathie. Quand on projette, on ne cherche pas à comprendre les émotions de l’autre, puisque l’on ne fait que projeter sur lui nos propres ressentis. Pour rester dans l’empathie, je pense qu’il faut avoir conscience que les références des autres ne sont pas forcément les nôtres.

Si je passe beaucoup de temps à écouter les autres, suis-je empathique ?

À mon sens, pas forcément 😉 Passer beaucoup (trop) de temps à écouter tout le monde peut aussi révéler simplement un comportement pour se donner bonne conscience ou un désir de se montrer sympathique et ouvert. Est-ce qu’il n’y aurait pas un besoin de reconnaissance caché derrière ça ?

En quelques mots, l’empathie serait plutôt :
– être ouvert à l’autre
– chercher à comprendre l’autre
– être à l’écoute de ses besoins
– chercher à comprendre ses émotions et réactions

…mais ce ne serait pas :
– partager les mêmes émotions que l’autre
– s’identifier à lui
– projeter ses propres sentiments sur lui
– fusionner avec l’autre
– adopter le même point de vue

Bien évidemment, il n’y a rien de mal à être simplement sympathique, et ne pas être un grand empathique n’est absolument pas un problème à partir du moment où on ne cherche pas à en avoir l’air ! L’objectif ici est de nous observer et voir si nos comportements avec les autres ne cachent pas finalement de drôles de mécanismes pour esquiver des peurs plus personnelles 😊

Parce que l’empathie c’est bien, mais si c’est pour se forcer face à la pression sociale qui nous dit d’être toujours au service des autres, ça devient contre-productif ! Et vous savez quoi, pour se rendre disponible pour les autres, il faut d’abord être honnête avec soi-même 😉

Moi-même je me surprends parfois à me positionner plus dans la projection que dans l’empathie, la limite est parfois très fine. J’ai déjà pensé, par exemple, qu’une personne souffrait d’une situation car je l’avais moi-même mal vécue, alors qu’en réalité il n’en était rien ! La question que je me pose est alors : Suis-je en train d’écouter mes émotions ou les siennes ?

Et si ce sont les miennes que j’écoute, pourquoi sont elles là et qu’est que ça dit sur moi ?

Une fois la réponse trouvée, je me libère du problème pour être totalement dans l’empathie la prochaine fois 😊

Voilà, c’était ma petite réflexion sur le sujet ! 🤗 Qu’en pensez-vous ? Est-ce que vous aviez déjà la différence entre l’empathie et la projection ? 🌸

Le jugement, parlons-en !

« Juger l’autre, c’est porter un jugement sur soi. » Norbet Chatillon

Il y a quelque temps, j’ai raconté mes découvertes suite à un exercice de développement personnel à une personne proche de moi. Et celle-ci m’a répondu : « Je n’aime pas trop le développement personnel, ça rend trop égocentrique ». Aïe.

Évidemment, j’ai d’abord été blessée par cette phrase, je me suis sentie jugée et je me suis remise en question : est-ce que je devenais une personne qui ne pense qu’à soi ?

Puis j’ai mis ce sentiment de côté pour essayer de comprendre pourquoi j’avais eu cette remarque. Cette personne est très proche de moi et n’a sûrement pas voulu me blesser, elle n’a peut-être même pas pris conscience que ses mots pouvaient être blessants. Je me suis alors demandé si, à travers cette phrase assez dure, elle ne parlait pas plus d’elle que de moi.

En me disant que faire du développement personnel rend égocentrique, elle justifie le fait qu’elle reste très réservée et préfère se mettre au second plan. Faire un travail de développement personnel est peut-être simplement quelque chose qu’elle ne s’autoriserait jamais à faire par peur de « trop » s’imposer.

Lorsque nous sommes durs et critiques envers les autres, c’est généralement que nous le sommes aussi envers nous-même.

Nous sommes agacés par les personnes qui font ce que nous ne nous autoriserions pas à faire. Nous les jugeons d’après notre morale en nous persuadant que c’est pour le bien : « S’il continue à trop parler, ça n’intéressera plus personne. », « Elle ne profite pas assez de sa jeunesse, c’est dommage. », « Il a un peu trop confiance en lui, il risque de tomber de haut »…

J’ai remarqué que dès qu’on employait les mots « trop » ou « pas assez » pour parler de quelqu’un, il y avait forcément un jugement caché derrière la phrase. Essayez de repérer quand vous le faites, vous verrez qu’on le fait bien plus souvent qu’on ne le pense !

Personnellement, c’est quelque chose que j’arrive maintenant à voir et que j’essaye de changer chez moi. J’essaye de ne pas juger mais simplement d’observer que d’autres personnes sont différentes de moi et ont une manière de penser qui leur est propre.

Et vous savez quoi ? Ça passe d’abord par soi (et c’est du développement personnel). Lorsqu’on se rend compte quand on est dur avec soi-même, on peut se poser la question de si c’est vraiment nécessaire, si ça nous rend heureux, puis finir par lâcher prise. Après ça, on se compare beaucoup moins et on s’intéresse bien plus aux autres. C’est du moins ce que j’ai ressenti.

Pour finir, je pense personnellement que le développement personnel n’a rien d’égocentrique. Aujourd’hui, prendre soin de soi est presque mal vu. Il ne faut pas parler de soi et être dévoué aux autres, mais pourtant la société n’a jamais été aussi individualiste. Plutôt que de vouloir donner bonne impression, ne serait-ce pas mieux d’être véritablement sincères et bienveillants dans nos actions envers les autres ?

Le développement personnel, c’est un travail de connaissance de soi pour pouvoir s’ouvrir aux autres. Car, pour moi, nous pouvons nous rendre bien plus disponibles pour les autres une fois que nous avons réglé nos blocages 😉

Qu’en pensez-vous ? 🙂

Vivre en harmonie avec ses valeurs

Quand ça sonne juste, quand tout à coup nous prenons une décision qui fait sens en nous… C’est souvent un déclic, et le début du chemin vers l’épanouissement.

photo téléchargée sur unsplach

Il est arrivé un matin où je n’ai plus eu envie de me lever. Je ne savais plus pourquoi j’étais là, c’est comme si d’un seul coup je faisais face à la réalité : le contenu de mes journées ne faisait plus sens en moi.

Lorsque ça arrive, ce n’est pas facile à encaisser. On se demande ce qu’on a loupé, et pourquoi du jour au lendemain rien ne va plus. Pour moi, la prise de conscience a été assez violente. J’ai réalisé que je ne me connaissais pas vraiment et que je n’avais aucune idée de ce qui pourrait me faire vibrer dans la vie.

À force de recul et de rendez-vous pour faire connaissance avec moi-même (oui ça paraît très spirituel dit comme ça), j’ai compris une chose : construire sa vie de manière à esquiver ses peurs ne fonctionne pas.

Je m’explique : notre vie est la somme de nos choix, et les miens ont longtemps été fait pour combler un besoin de reconnaissance. Hors, j’ai tellement souhaité être « quelqu’un » aux yeux des autres que je ne prenais absolument pas en compte mes valeurs dans mes choix.

SAUF QUE, premièrement, on ne se sent pas mieux en se construisant un personnage car cela finit par créer un sentiment d’imposture. Deuxièmement, quand on agit ou prend des décisions à l’encontre de nos valeurs, on tombe doucement dans une perte d’estime de soi et de motivation. Eh oui.

Vous allez me dire « très bien mais comment savoir quelles sont nos valeurs » ?

Définition : Une valeur, c’est justement ce qui a grande valeur pour vous, c’est une qualité forte, un idéal qui guide vos actions et auquel vous êtes sensible. C’est aussi par les valeurs partagées que vous créez des relations avec les autres, souvent sans qu’elles soient dites car c’est quelque chose que l’on ressent.
Quelques exemples : l’authenticité, la liberté, l’empathie, le dépassement de soi, l’ouverture d’esprit, la franchise, la clarté, le partage etc..

Pour définir vos valeurs, il faut vous pencher un peu sur vous. Dresser une liste de ce qui vous tient à coeur, ou de ce que vous ne supportez pas chez les autres (et oui si vous êtes, par exemple, particulièrement agacé par les personnes qui en font trop, c’est peut-être que l’authenticité et la simplicité ont de l’importance pour vous). Vous pouvez aussi écrire tout ce qui vous passe par la tête et procéder par ordre d’élimination.

Idéalement, vous devriez avoir environ 10 valeurs qui ont de l’importance pour vous et, parmi elles, 3 valeurs qui vous tiennent vraiment à coeur. Ce sont ces 3 dernières qui doivent absolument être respectées dans vos choix de vie si vous souhaitez être en accord avec vous-même. Pour ma part, il s’agit de l’authenticité, la bienveillance et l’empathie.

Maintenant il y a une chose qu’il faut bien comprendre : respecter ses valeurs, ce n’est pas seulement dans ses relations avec les autres, c’est aussi (et même avant tout) dans sa relation avec soi. À quoi bon faire preuve de bienveillance envers les autres si je ne suis pas capable de le faire pour moi ? Vous voyez ?

Tout ça ne se met pas en place en une journée, surtout si ça fait un moment que vous ne vous êtes pas écouté.

Si vous sentez que ce sujet vous concerne, prenez le temps de vous découvrir et posez-vous les bonnes questions ! Je serai ravie de lire vos 3 grandes valeurs dans les commentaires 🙂

Quelles sont tes 3 grandes valeurs ? Est-ce que tu penses les respecter aujourd’hui ?

Cookies vegan à la farine de coco 🥥

Nouveau test ! Des petits (gros) cookies hyper réconfortants à la noix de coco 🤗 Si vous aimez la coco autant que le chocolat, vous allez être ravi !

photo réalisée par majahe

👉 Recette pour 10 cookies :

◦ 70g de farine de coco
◦ 70g de farine de riz
◦ 70g de flocons d’avoine
◦ 2 c. à c. de levure chimique
◦ 20g de sucre de coco
◦ 70g de chocolat en morceaux
◦ 15g de coco râpée
◦ 4 c. à s. d’huile de coco (fondue)
◦ 100 ml de lait de coco
◦ 1 pincée de sel

➰ mélangez bien à la main tous les ingrédients dans un saladier (mettez le chocolat en dernier)
➰ formez 10 cookies à la main et placez sur une plaque recouverte de papier cuisson (c’est normal si la pâte s’effrite un peu avec la noix de coco)
➰ placez au four préchauffé à 180 degrés pendant 20 min

Laissez refroidir et dégustez (normalement ils sont assez moelleux) !

photo réalisée par majahe

Smoothie d’été ☀️

Hello ! Ces jours-ci si, tout ce que j’ai envie c’est des fruits ! Du coup, voici une recette toute simple de smoothie maison 😊

photo réalisée par majahe

👉 Recette pour 2 personnes :
~ 1 pomme 🍎
~ 2 pêches bien mûres 🍑
~ 1/3 d’ananas 🍍
~ quelques glaçons (pour servir bien frais)

➰lavez et découpez tous les fruits en morceaux
➰ mettez tous les morceaux dans un mixeur et mixez jusqu’à ce que la texture soit homogène
➰ versez la préparation dans des verres et servez avec des glaçons !

C’est frais 🌸

Sorbet maison 🍒

Hello ! C’est le moment où jamais pour ce genre de recette alors voici la mienne pour réaliser un sorbet tout simple à la maison 😊

photo réalisée par majahe

👉 Recette pour 1 personne :
~ 1 banane
~ 2 poignées de cerises
~ 50ml de lait de coco
~ et vous aurez besoin d’un contenant refermable (le mien est un bocal en verre)

➰dénoyautez les cerises et coupez la banane en morceaux
➰ mettez tous les ingrédients dans un mixeur et mixez jusqu’à ce que la texture soit homogène
➰ versez la préparation dans un bocal, refermez ce dernier et placez-le au congélateur
➰ au bout de 2h, cela a normalement la consistance d’un sorbet, dégustez !

Bonne journée 🌸

Chia pudding coco banane

Hello ! J’ai fait une petite pause d’une semaine mais me revoilà avec des idées de recettes 😉 Voici d’ailleurs un dessert frais à base de graines de chia, de lait de coco et de banane !

photo réalisée par majahe

👉 Recette pour 1 personne :

~ 100ml de lait de coco
~ 15g de graines de chia (4 c. à c.)
~ 1/2 banane
~ 10g de chocolat noir
~ 1 pincée de noix de coco râpée

➰ dans un récipient adapté, versez le lait de coco
➰ écrasez la banane puis incorporez-la dans le lait tout en mélangeant
➰ versez les graines de chia dans le lait et remuez énergiquement
➰ placez le récipient au frigo pendant au moins 2h
➰ faites fondre le chocolat puis le versez sur le dessus de la préparation avant de la remettre au frigo une nuit pour que le chocolat durcisse
➰ servir froid avec un peu de coco râpée sur le dessus !

Bonne journée 🌸

Nice cream cacahuète & choco-noisette

Hello !
Je ne sais pas si vous connaissez la nice cream, c’est un peu comme une crème glacée sans lait ni sucre et à base de banane 😊 C’est vraiment très bon, personnellement je la préfère même à la glace ! Voici ma recette avec deux parfums différents :

photo réalisée par majahe


👉 Recette pour 1 personne :

Parfum cacahuète :
~ 1 banane congelée
~ 10g de cacahuètes
~ 1 c. à s. de beurre de cacahuètes

Parfum choco-noisette :
~ 1 banane congelée
~ 10g de noisettes
~ 1 c. à s. de purée de noisette
~ 1 c. à c. de poudre de 100% cacao

➰ pour chaque parfum, mixez simplement ensemble tous les ingrédients (vous pouvez commencer par mixer d’abord un peu les fruits secs si vous ne voulez pas de gros morceaux)
➰ pour un peu plus de crémeux vous pouvez rajouter un tout petit peu de lait végétal
➰ servez rapidement car, comme la glace, ça fond vite ! 😉

Bon appétit !

Riz au lait végétal 🌱

Hello !
Dessert traditionnel tout simple aujourd’hui, mais revisité sans lactose ! Parfait pour un petit retour en enfance 😉

photo réalisée par Majahe


Recette pour 6 personnes :
~ 160g de riz rond
~ 1L de lait d’amande
~ 40g de sucre de fleurs de coco
~ 1 gousse de vanille

➰ faites bouillir le lait puis retirez-le du feu
➰ fendez la gousse de vanille en deux et laissez-la infuser dans le lait 10 min
➰ retirez la gousse de vanille puis ajoutez le riz et le faire cuire à feu moyen pendant environ 18 min
➰ ajoutez le sucre et laissez cuire 2 min de plus en remuant
➰ servez tiède ou froid dans des ramequins


Bon appétit ! ✨